cote sud memoire vive



 

 

FERNAND JUNQUA-LAMARQUE, MAIRE DE CAPBRETON pendant 22 ans,

de 1913 � 1935.                                                                 Anne-Marie Bellenguez


 

 

Fernand Junqua-Lamarque est �lu maire de Capbreton le 21 janvier 1913.

 

 

Originaire d'Aspet, dans les Pyr�n�es, docteur en m�decine depuis 12 ans, il a fait ses �tudes � Paris et est devenu m�decin au Sanatorium de Capbreton. Fernand Junqua-Lamarque habite, avec son �pouse Marie Lavaurs, une maison proche de ce ?Pr�vent?, la villa ?Clara?, sur le chemin N�7, dit chemin de l'hospice, actuelle rue de Lattre de Tassigny, (maison qui fut ras�e dans les ann�es 20). 

 

 

 

 

 

De haute stature, solide et convaincant, il est repr�sentatif et d�j� bien connu sur la sc�ne politique. En effet, en 1910 il s'est pr�sent� contre Alfred de Gorostarzu, maire de Saint-Vincent-de-Tyrosse, au poste de Conseiller g�n�ral.

A Capbreton, il a �t� conseiller de la municipalit� de Jean Larrat puis adjoint du maire d'Andr� Delest. Apr�s bien des difficult�s dans ce dernier conseil, il a �t� � l'origine de la d�mission du maire en d�clarant qu'il arr�tait sa collaboration, apr�s une s�ance houleuse.

 

 

 
Docteur Junqua accoucheur. Archives des � Amis du Lac � � Hossegor.

 

 

 

Une des premi�res pr�occupations de sa municipalit� sera l'assainissement du bourg, c'est � dire la construction d'un abattoir entre la route de Labenne et le canal, (� 1.500m�tres du bourg), et le projet d'une alimentation de la commune en eau potable, et la construction d'�gouts.
On reprend �galement les projets de la municipalit� pr�c�dente visant � l'am�lioration du port par le prolongement des deux digues Nord et Sud. Le docteur Junqua est enthousiaste et convainquant.
Mais tout ceci se trouve brutalement ajourn� � une date ind�termin�e. En effet, sous le ciel serein du 3 Ao�t 1914, le docteur Junqua r�unit en urgence son conseil et annonce que �l'heure est grave, la Patrie
est en danger �. La guerre vient d'�clater, les cloches de Saint-Nicolas vont sonner le tocsin et c'est la mobilisation g�n�rale.
On d�cide imm�diatement de voter une somme importante � pour aider � combler le vide mat�riel qu'a fait, dans bien des familles le d�part de leur chef �, (m�me si ceux-ci sont partis avec � la fleur au fusil � et la certitude de revenir bient�t), et pour � mettre en ?uvre toutes les mesures qui pourront permettre de soulager le plus grand nombre d'infortunes �, aide aux familles, garderie des enfants ?
Cela ira de la femme charg�e d'une nombreuse famille � celle qui, faute de clients, ne pourra plus donner les le�ons de piano qui �taient son seul moyen d'existence, des secours aux malades et aux indigents ...
Deux personnes anonymes apportent dans la caisse municipale 600 francs pour ceux dont la situation est pr�caire.
Une garderie d'enfants est organis�e pour permettre aux m�res de famille de reprendre le travail � la place de leurs �poux. On en appelle �galement au civisme de chaque m�nag�re pour tricoter chaussettes, gants, couvertures � pour le bien-�tre de nos chers soldats �, et qui feront partie des paquets type pr�conis�s par le minist�re de la guerre.
Mais le conseil s'�meut de constater, comme trop souvent, h�las, en p�riode critique, qu'il est n�cessaire de rappeler � l'ordre certains commer�ants. La tentation de profiter de la situation pour majorer les prix des denr�es doit �tre enray�e. Une d�l�gation de v�rification est cr��e ?pour emp�cher la sp�culation et rappeler aux devoirs ceux qui mettraient leurs int�r�ts personnels et l'amour du lucre au dessus du patriotisme."
Les Belges, eux aussi fuient les bottes allemandes, et 15 d'entre eux se r�fugient � Capbreton et seront log�s chez l'habitant. Une qu�te est faite dans la commune en faveur de ces expatri�s.

                                                     

Un peu plus tard, ce sont des r�fugi�s fran�ais qui fuient les r�gions envahies et seront dirig�s vers Capbreton. Puis des bless�s sont rapatri�s et il faut �tablir des ambulances pour leur traitement au Pr�ventorium, ou � l'h�pital compl�mentaire de la grand'rue ou � celui du fronton?

 

 H�pital compl�mentaire 20 en 1917 ("Pr�vent") 

et f�te de bienfaisance � l'h�pital du fronton en 1917.

Collection A.M.Bellenguez

En 1916, c'est, Monsieur le Maire qui, � son tour se trouve appel� � d�fendre la France ainsi que ses conseillers Delest et Vignes, et tous trois partent sous les drapeaux. Junqua ne reviendra � Capbreton qu'en mars 1917. Il aura �t� remplac� par son adjoint Justin Th�venin, lequel, souvent malade, confie � M.Berhouague, conseiller municipal le soin de pr�sider les s�ances.
A son retour le docteur Junqua aura � faire face � de nombreuses et s�rieuses difficult�s, mais fera preuve de beaucoup d'efficacit� et de d�vouement dans ses diverses taches.
56 familles seront visit�es, qui pleurent un mort tomb� au Champ d'Honneur. C'est le 2 octobre 1921 seulement que l'on �rigera � leur m�moire, sous l'�gide de M. Bourienne, pr�fet des Landes, un monument comm�moratif, et cela ne s'est pas fait sans difficult�.

 

 


Collection Jean Lartigue.

Le monument resta quelque temps sans ornement. En effet, le projet primitivement choisi repr�sentait un coq tenant l'aigle mais son ex�cution d�licate devait amener une d�pense de 15.000 francs. Le � poilu vainqueur dans les plis du drapeau � que nous connaissons ne co�tera que 3.500 frs. Il est sign� du sculpteur parisien Charles-Henri Pourquet . � les poilus � �taient sa sp�cialit�. C'est Monseigneur Mathieu qui, en ami de Junqua dont il �tait compagnon d'armes, est venu inaugurer la monument. Junqua le re�ut comme pr�sident des anciens combattants. 

  Rang du fond de gauche � droite : Andre Delest, (dont le fils sera d�port�), Lagard�re, Fran�ois Costabadie, Arrocena, Emile Gassian, Paul Lestage, Elie Despouys (futur maire).

Premier rang : Dr Dulau, Adolphe Feuillade, le docteur Junqua-Lamarque au centre de la photo, Fran�ois Lahary, Tabourin.                                            Collection A.M.Bellenguez .

En 1919 il va assister � l'enterrement de Monseigneur Soul�, grand-oncle de sa femme avec lequel il entretenait de tr�s bonnes relations. La semaine religieuse d'Aire et de Dax relate avec force d�tails la c�r�monie qui nous fait revivre des rites oubli�s o� la procession mortuaire se faisait � pied � travers le village :
� Trois draps mortuaires �taient port�s, le premier par les notables de Capbreton le Docteur
Fernand Junqua-Lamarque, (par ailleurs apparent� par sa femme � Mgr. Soul�), Justin Th�venin... �, etc.
En octobre 1921, les Entreprises Maritimes Basques, dont le si�ge est � Socoa pr�s de Ciboure, d�posent une demande d'installation d'une fabrique de Conserves comportant la cuisson � l'huile. Sous r�serves des r�gles d'hygi�ne et de s�curit� � pour pr�venir les dangers et les incommodit�s qui peuvent en r�sulter pour la sant� publique �, l'accord de principe est donn�. C'est la cr�ation de la Sardinerie, sur la plaine du Bouret.
Capbreton change et bien des travaux d'urbanisme sont effectu�s : quai-promenade � la plage, place publique am�nag�e pr�s de l'estacade, construction d'un �tablissement de bains? Alors on peut �crire au Pr�fet des Landes pour lui demander d'officialiser la reconnaissance de la commune en station climatique baln�aire.
Notons que tout ceci sera bien mis � mal en 1924 par ce que nos archives appellent un "raz de mar�e?, (en fait quelques tr�s m�chantes d�ferlantes), et il faudra, en toute urgence, consolider � nouveau les abords du front de mer.
Sur l'emplacement du lavoir du pont Lajus, on cr�e un �dicule de lavabos municipaux. Le toit du lavoir est remplac� par une plate-forme de ciment, bord�e de garde-corps.
Puis c'est la cr�ation d'un terrain de sports et la construction de petites �coles. En attendant, les enfants des cours �l�mentaires sont ressembl�s pour leurs cours � la mairie, dans la salle du conseil municipal.

 


Le pont de bois de la Halle est remplac� par un pont en ciment arm�,
et la grand'rue Libet, actuelle rue Charles de Gaulle, est, (d�j�), mise en sens unique.
Collection Jean Lartigue


Le 25.04.1920 est cr�� un "Syndicat d'Initiative de Capbreton sur Mer et Soorts-Hossegor? car la vie touristique a repris.

Le docteur Junqua est en liaison avec Maxime Leroy et le rassure sur le devenir des berges du canal d'Hossegor qui doivent conserver leur pittoresque. (Cf lettre ci-jointe).

Lors d'un d�jeuner des � amiti�s landaises �, en 1931, Junqua parlera de Capbreton et d'Hossegor comme de deux s?urs, toutes deux tributaires des m�mes imp�ratifs li�s au tourisme. Le d�veloppement de Capbreton a toujours �t� un sujet primordial pour le docteur Junqua. Pr�occupation que l'on retrouve dans le num�ro sp�cial de 1930 de � l'Orientation Economique � sous le titre � Capbreton sur Mer �.


Les colonies de vacances commencent � fleurir. Une des plus marquantes sera le hameau des Ecureuils, cr�� en 1922 par Saumade de Paoli : � une usine moderne o� l'on forge de beaux gars � la sant� robuste et au c?ur g�n�reux �. Toujours actif, le docteur Junqua va � surveiller les enfants au point de vue hygi�ne et sant� �.On a vu combien Capbreton a pu compter sur cet homme efficace, m�decin d�vou� et d'un grand humanisme.

Il est permis maintenant de se poser quelques questions quant aux go�ts artistiques du docteur Junqua, par ailleurs f�librige et membre de "l'Escola Gaston F�bus". 
On se doit de noter que, lorsqu'on demande au Conseil municipal d'�tablir la liste des objets d'art de la Commune pour leur protection et leur conservation, celui-ci rejette le classement sur la liste des monuments historiques de notre superbe vierge du XV�me si�cle : "L'objet mobilier Pi�ta, groupe de bois conserv� � l'abri du canot de sauvetage, ne parait pas avoir un int�r�t historique ou une valeur artistique suffisamment d�montr�s". Heureusement, le Ministre de l'Int�rieur, averti de cette regrettable opinion, se pourvoit au Conseil d'�tat. Alors seulement le Conseil municipal est revenu sur son vote, ce qui nous a permis de conserver cette superbe oeuvre d'art maintenant heureusement bien mise en valeur.
Lorsque le sculpteur Paul Aub�, (fr�re d'Emile Aub� dont une rue porte le nom), propose, en 1913, d'embellir sa ville d'adoption et d'offrir � la municipalit� un buste en bronze d'une � Landaise � la cruche �. Cette statue est destin�e, dit-il � �perp�tuer une coutume charmante tendant de plus en plus � dispara�tre, et devait constituer un tr�s artistique motif de d�coration du terre-plein situ� � l'ouest du clocher�. Il demande seulement � la municipalit� la prise en charge des frais n�cessit�s par le coulage du bronze et le socle qui l'aurait support�? Ce sera pour l'artiste une forte d�ception de voir d�cliner son offre dans les termes suivants :
"Vu le peu d'�lasticit� actuelle du budget communal, vu l'urgence des travaux du port, le Conseil se trouve � regret dans la n�cessit� de refuser cette offre et charge M. le Maire de vouloir �tre l'interpr�te de ses bien sinc�res regrets et de vouloir le remercier vivement de ses g�n�reuses bont�s."
Il semble que cette municipalit� tient � jouer le modernisme. Non content d'avoir abattu les platanes de la place de la Mairie, le Conseil d�cide d'araser la plus ancienne (et sans doute la plus solide) b�tisse de Capbreton. Il s'agit des vestiges d'une Commanderie dite des Templiers, ayant appartenu � l'Ordre de Malte, puis aux chevaliers de Saint-Jean de Rhodes.
Ce t�moignage d'un haut lieu historique disparu � jamais, a �t� d�truit en avril 1920, en l'absence de l'oeil vigilant d'un historien.
Les gravas enfouirent les t�moignages, les in�vitables graffitis, des souterrains, dit-on, et toute les richesses du pass� historique que contenait ce b�timent...

 

 

Pourtant le docteur Junqua fr�quentait George Bonnamour (sans "s" � George et avec deux "n" � Bonnamour), journaliste, homme de lettres et peintre occasionnel. Ce dernier lui offrit d'ailleurs un tableau de roses de sa composition. 

Ci-contre : "juillet 1924  au docteur F.Junqua, souvenir amical". George Bonnamour.

Rappelons pour la petite histoire que G.Bonnamour s'initia � la peinture aupr�s Gaston G�libert.

 

 


 

 

 

 

Ce dernier ex�cuta le portrait du docteur Junqua en pied, dans la salle d'honneur de l'h�tel de ville.

Collection Jean-Pierre Junqua Lamarque.
Le Dr. Junqua peint par Gaston G�libert.

 

 

 

 

Junqua fr�quentait aussi le c�l�bre romancier espagnol Don Armando Palacio Vald�s. Ce dernier a fait de Capbreton pendant plus de 20 ans sa terre d'�lection. Il en avait fait la d�couverte gr�ce � Mathias Morhardt � la Chaumi�re, puis il s'installa tout pr�s de l� dans la villa qui portait le nom de son best-seller � Marthe et Marie �.


Le docteur Junqua a d'ailleurs voulu honorer Palacio Vald�s � l'occasion de son 80�me anniversaire et, le 17 ao�t 1930, celui-ci a �t� re�u � la mairie pour une f�te organis�e avec l'aide de G. Bonnamour et o� la population �tait convi�e. Un banquet suivit qui se d�roula dans le parc de la Chaumi�re.

 
Et comme tout finit par des chansons, lorsque, en 1933,
Capbreton f�te le centenaire de Mme Loube, � M�m� Loube �, Junqua, d'un caract�re communicatif, est heureux d'entonner, avec la chorale dont il fait partie, � le temps des cerises �.

Deux ans plus tard, le 29 Ao�t 1935, le docteur Fernand Junqua-Lamarque fera part de sa d�cision d'abandonner la direction de la commune, suivi par ses deux adjoints Jean Lapeyre et Pierre Dessis.
Il continue cependant son action altruiste et fonde en 1936 une � Soci�t� Mutualiste Chirurgicale de Capbreton et environs �.

 

Tombe du Docteur Junqua au cimeti�re de Capbreton. Photo J.Lartigue

 

 


En hommage � sa m�moire et aux 22 ann�es de service � la communaut�, on a baptis� une rue de son nom : � Boulevard du docteur Junqua �.

Anne-Marie Bellenguez

-------------------------------------------------------------------------

Nous connaissons les prix de visite du Docteur JUNQUA en 1906,pour la Caisse de Pr�voyance de la Marine, en r�ponse au courrier suivant :
Je prie Monsieur je Syndic de s'informer aupr�s des docteurs m�decins de Capbreton, des conditions qu'ils consentiraient � la Marine pour la visite �ventuelle des inscrits bless�s ou malades qui auraient � faire valoir des droits pour l'obtention des allocations accord�es par la Caisse de Pr�voyance.
Savoir :  1�) Prix de la visite � domicile du malade.
 2�) Prix de la visite chez le m�decin.
 3�) Prix de la visite pour le cas o� le m�decin aurait � se d�placer dans les envIrons.
A la suite de chaque visite, le m�decin devra d�livrer un certificat sur papier libre indiquant le diagnostic de la maladie ou de la blessure; ses sympt�mes, sa cause probable, et s'il y a lieu, les circonstances du d�c�s.
Le m�decin n'aura donc pas � instituer un traitement, mais � constater purement et simplement l'�tat de l'int�ress�, et � d�livrer ensuite, sur papier libre, pour la Marine un certificat contenant les renseignements d'autre part.
Comme les d�penses de cette nature devront �tre support�es par la Caisse de Pr�voyance des marins, il y aura lieu de s'efforcer d'obtenir les conditions les moins on�reuses possibles.
Je prie en cons�quence Mr Dupuy de se mettre, au re�u de la pr�sente, en rapport avec les Drs m�decins de Capbreton, � qui il pourra communiquer la dite note, et de m'adresser d'urgence, avec leur nom, les conditions que chacun d'eux ferait � la Marine pour les visites dont il s'agit.
Bayonne le 12 juin 1906. L'Administrateur de l'Inscription Maritime. Sign� BLIN
_____________________________________________________________________________
R�ponse : Le Dr JUNQUA � Cap-Breton consentirait les prix de visite suivants :
- A domicile 2 f. - Chez le m�decin If. - Prix de la visite avec d�placement 2 f + 25 centimes du kilom�tre parcouru � l'aller.
_____________________________________________________________________________
BIBLIOGRAPHIE :

- Capbreton autrefois. Jean Lartigue
- Etude sur les fr�res Aub� (Anne-Marie Bellenguez)
- Archives municipales de Capbreton.
- Archives d�partementales des Landes.
- Archives de l'auteur.
- Archives Jean Lartigue
- Petit compl�ment g�n�alogique :



  • Haut de page
  • Ajouter aux favoris
  • Gestion du site
  • Imprimer la page
  • Ecrire au webmaster
Tous droits réservés Cote Sud Memoire Vive ©2012

上車盤| 搵樓| 豪宅| 校網| 居屋| 貝沙灣| 美孚新邨| 嘉湖山莊| 太古城| 日出康城| 九龍站 | 沙田第一城| 樓市走勢| 青衣| 西半山| 西貢| 荃灣|

雪茄网购| 雪茄| 哈瓦那雪茄| 雪茄价格| 雪茄烟网购| 雪茄专卖店| 雪茄怎么抽| 雪茄烟| 雪茄吧| 陈年雪茄| 大卫杜夫雪茄| 保利华雪茄| 古巴雪茄品牌| 古巴雪茄| 古巴雪茄多少钱一只| 古巴雪茄专卖网| 烟斗烟丝| 小雪茄| 金特罗雪茄| 帕特加斯d4 | 蒙特雪茄| 罗密欧朱丽叶雪茄| 网上哪里可以买雪茄| 限量版雪茄| 雪茄专卖| 雪茄专卖网| 雪茄哪里买| 买雪茄去哪个网站| 推荐一个卖雪茄的网站| 雪茄烟| 古巴雪茄价格| 雪茄海淘| 雪茄网|

橫額| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 海報| 攤位| foamboard| 喜帖| 信封|

QR code scanner| SME IT| system integration| inventory management system| label printing| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| Denso| barcode| handheld| inventory management| warehouse management| stock taking| POS| Point of sale| Business service| Web Development| app development| mobile app development| handheld device| inventory management software| pos system| pos software| pos hardware| pos terminal| printer hong kong| receipt printer| thermal printer| thermal label printer| qr code scanner app| qr scanner app| online qr code scanner| qr code scanner online mobile| qr code scanner download| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management|

邮件营销| Email Marketing 電郵推廣| edm营销| edm| 营销软件| 推广软件| 邮件群发软件| 邮件群发| email marketing| direct marketing| email marketing software| email marketing service| email marketing tools| email mkt| remarketing| edm| edm marketing| email subscription| website subscription| email survey| email whitelist| sign up form| email subject line| subject line| email subject| best email subject lines| free email marketing| Mailchimp| Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| Aweber| 邮件主题怎么写| 邮件主题| 邮件模板| Maichimp| benchmark| SMS|

Tomtop| Online Einkaufen| online shop| Autozubehör| Bekleidung| Kopfhörer| badausstattung| Badmöbel| smartwatch günstig| Luftbefeuchter| lichtbox| Kosmetiktaschen| Make-Up Pinsel| Smartphones günstig| tablet günstig| Wanderstock| fahrrad maske| spielekonsole| spielkonsole| Geldbeutel| Gaming Kopfhörer|

electric bike| best electric bike| electric bikes for adults| e bike| pedal assist bike| electric bikes for sale| electric bike shop| electric tricycle| folding electric bike| mid drive electric bike| electric trike| electric mountain bike| electric bicycle| electric bike review| electric fat bike| fat tire electric bike| women's electric bike |

office| 地產代理| 辦公室| Property Agent| Hong Kong Office Rental| hong kong office| 物業投資| office building| Commercial Building| Grade A Office| 寫字樓| 商業大廈| 甲級寫字樓| 頂手| 租寫字樓| leasing| Rent Office| 地產新聞| office for sale|

school| international school of hong kong| international school| school in Hong Kong| primary school| elementary school| private school| UK school| british school| extracurricular activity| Hong Kong education| primary education| top schools in Hong Kong| Preparatory| best international schools hong kong| best primary schools in hong kong| primary school hong kong| private school hong kong| british international school| extra-curricular| school calendars| boarding school| school day| Bursary|

electric bike| Best smartwatch| Best Wilreless earphones|