cote sud memoire vive



 

 

Histoire locale :

- Les fresques de l'�glise de Capbreton

- Aide-m�moire chronologique des peintres de l'�glise

- Notes sur Dillais,  Chapelle de la plage : Marcel-Louis Dillais et Eug�ne Gorin.

 

 

LES FRESQUES DE L'EGLISE DE CAPBRETON.

 

Il faut se repr�senter l'�glise pr�s de 10 ans apr�s sa construction en 1875 lorsque le nouveau cur� Jean-Baptiste Gabarra prit son service. Les murs �taient nus et l'humidit�, d�j�, recouvrait les murs de tr�ces verdatres.... et cela dura pr�s de 15 ans.  

                                                    

 

 

Gabarra  fit alors, raconte t-il, une neuvaine pour que son �glise soit d�cor�e.

 

Et le miracle se produit : � la fin de sa neuvaine, raconte t'il, il re�oit une lettre sign�e de deux fr�res, Jules et Gaston G�libert, parisiens � l'�poque, qui cherchent un lieu giboyeux pour la retraite de l'ain�. Ils se disent chasseurs, p�cheurs, et, en post-scriptum, ils ajoutent qu'ils sont peintres animaliers.

    L'abb� Jean-Baptiste Gabarra

Le Chanoine Gabarra voit l� une r�ponse � ses pri�res et s'empresse de r�pondre que, � Capbreton, ils trouveront tout le gibier qu'ils d�sirent...

Et voil� comment les fr�res G�libert  s'install�rent tour � tour dans le pays.
C'est � leurs pinceaux que l'on doit la plus grande partie des peintures de l'�glise et gr�ce � eux, l'abb� Gabarra a continu� de s'entourer d'artistes.

 Dans la nef, c�t� gauche o� les fresques font, approximativement, 4 m�tres de haut sur 5 m�tres de large.

"Un naufrage" Gaston Gelibert 1898.

"Qu'est ce que �a peut faire d'�tre enterr� l�, au cimeti�re ou dans la mer. Il faut que le Bon Dieu respecte �a : "Credo in carnis resurrectionnem". Parole de marin. 

Cette fresque est particuli�rement repr�sentative de la vie et des angoisses de g�n�rations de Capbretonnais. On y trouve, p�le-m�le dans la m�me temp�te, des marins p�cheurs et un marin de la marine nationale reconnaissable � son pompon rouge
Pour cette fresque comme pour toutes les autres de l'�glise, ce sont des Capbretonnais qui ont servi de mod�les aux artistes. Les anciens Capbretonnais y reconnaissent encore les grands parents d'untel ou d'une telle et y ajoutent  des anecdotes familiales : l'un des naufrag�s est L�onard et le personnage du milieu, avec la veste rouge s'appelait Charles Larrieu dit "Charlicot" . Il venait tout fra�chement d'�chapper � un naufrage.

 

Il raconta sa peur au cur�. "Monsieur la cur�, pendant le naufrage j'ai promis, si je m'en sortais d'accomplir trois voeux. Le premier c'est que je prendrai une cuite. Ca, c'est fait
Le second c'est que j'irai me confesser, je suis l� pour �a.
Le troisi�me c'est que j'irai communier. On verra cela plus tard".

Attach� � la barque avec un b�ret de marin c'est M.Salvat

Le noy� M.Lasmaries,"entre deux eaux", reconnaissable, disait-on, � son pied tr�s cambr�.

Inscrit au titre d'objet historique le 19 mai 1983.

 

SAINT NICOLAS.

L'eglise est plac�e sous le patronage de saint Nicolas ou de Bari (patron de la paroisse Capreton-Labenne). Ce saint populaire, � l'origine du P�re No�l.

N� en 270 en Lycie (au Nord de la Turquie), et mort en 345, sa vie est remplie d'anecdotes et on en retrouve quelques unes dans l'iconographie de Capbreton.

 Reconnu par l'�glise comme patron des gens de mer, les navigateurs, les pilotes de la marine,c'est le saint protecteur des voyageurs et des p�lerins. Il est �galement patron des boulangers car � Myre il �pargna les boulangers de famine en multipliant leurs miches de pain. Patron des faibles et des voyageurs, des �coliers, patron des jeunes filles et des jeunes hommes � marier etc. etc.

D�j� au Xe si�cle apr�s J. C., Saint Nicolas �tait v�n�r� en Allemagne.

Ses ossements, conserv�s dans une �glise de Myre jusqu'au XIe si�cle, furent vol�s en 1087, au moment des invasions musulmanes, par des marchands italiens qui les sauv�rent et les emport�rent � Bari en Italie o� une basilique sera construite. D�s ce moment son culte gagna l'Occident et les p�lerins d'Europe all�rent � Saint-Nicolas-de-Bari comme ils allaient � Rome, ou � Compostelle.

"Du fait de l'arriv�e en Lorraine, d'une relique du saint, "une phalange de sa dextre b�nissante", en 1090, le saint est devenu le patron de la Lorraine."

Un de plus c�l�bres miracles de Saint Nicolas est la r�surrection des trois petits enfants qui, allant glaner aux champs, avaient �t� tu�s et d�coup�s par un boucher antropophage.  Or ce prodige n'est pas repr�sent� sur nos murs.

L'explication est que la pi�t� des Capretonnais se focalisait jusqu'en 1999, et depuis pr�s de 500 ans, sur une tr�s ancienne statue en bois polychrome qui repr�sentait ce miracle et qui a �t� d�rob�e dans l'�glise � cette date.

 

Trois fresques illustrent d'autres miracles de St Nicolas de Bari, patron de Capbreton et de Labenne. 

Elles sont inscrites au titre d'objets historiques au 19 mai 1983. 


 

 

 

  "Saint Nicolas, pour sauver le peuple de Myrne de la famine, fait aborder miraculeusement un navire charg� de bl�." Claude Drouillard.

 

 

Melle Castaing (dont une rue proche de l'�glise porte le nom), me disait que sa m�re, n�e Mathilde Lesca, y est repr�sent�e agenouill�e.

M.Larrieu, (p�re de Mme Ducassou de Tarnos) a pos� pour ce St Nicolas barbu, mais la barbe avait �t� rajout�e pour la circonstance.

 

  

 

 

"Saint Nicolas jette secr�tement par la fen�tre des pi�ces d'or pour la dot des trois jeunes filles pauvres."

Apprenant qu'un p�re n'a pas de quoi fournir une dot de mariage � ses trois jeunes filles et s'appr�tait � les livrer � la prostitution. Nicolas jette de l'argent par la fen�tre de leur maison pour assurer leur dot et elles purent se marier. 

 Drouillard. 1895.

La jeune fille au centre est Julie Darnaudet (�pouse Miremont)


 

 


 

 

 

 

Dans le transept de gauche :

 La fresque repr�sentant le "Martyre de Sainte Catherine" de Gaston G�libert.

"La terrible roue ne fit aucun mal � Catherine" .

La sainte est repr�sent�e par Julie Darnaudet, �pouse Miremont (elle a aussi pos� pour la dot aux jeunes filles).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Ste Catherine devant ses juges"  o� la femme v�tue de blanc repr�sentant Catherine, peinte vers 1889 par Gaston G�libert est Mme. Lamm, n�e Lazarine Catherine Hougas. Elle avait �pous� en 1876, Michel Emile Lamm, lieutenant au 28 �me bataillon de chasseurs � pieds.

 

Elle a pos� en 1889, alors que son p�re, Barthel�my Hougas, venait de d�c�der � 72 ans � Capbreton. Il avait �t� instituteur, armateur de pinasse et conseiller municipal.
C'est la famille Lamm qui a financ� cette fresque.

Sur le tr�ne le boulanger Laborde, une force de la nature qui dressait des chevaux sauvages. Il �tait all� � Terre-Neuve.

 La fresque �tait titr�e "la controverse de sainte Catherine avec les docteurs d'Alexandrie", mais cette mention a disparu sous un badigeon lors des travaux de r�fection de l'�glise.

 

 La fresque repr�sentant le "Martyre de Saint S�bastien" de Gaston G�libert

titr�e "Une sainte femme, Ir�ne, voulut faire ensevelir St S�bastien et le retrouva vivant encore" .

La femme agenouill�e est Jeanne Menjou, �pouse Eustache.

Le Colis�e avait �t� exig� par un m�c�ne.


Le cur� Gabarra d�sirait que Gaston G�libert fasse ressortir le barbarisme du supplice par des flots de sang s'�chappant des blessures. L'artiste pr�f�rait une digne sobri�t� d'autant que S�bastien ne mourra pas lors de cete torture. Quand Ie cur� Gabarra venat inspecter les travaux, Gelibert �crasait quelques tubes de vermillon, quand il avait le dos tourn�, le tableau redevenait celui que nous connaissons. (On raconte que c'est � la suite de ce l�ger diff�rent que l'on peut voir dans le tableau suivant, � l'extr�me gauche, tr�s discret, l'abb� Gabarra repr�sent� en prison. 

 

"Saint S�bastien exhorte ses amis chr�tiens". Brillant officier des l�gions romaines, S�bastien encourage les chr�tiens pers�cut�s par Diocl�tien.
Les deux jeunes gens qui se tiennent par l'�paule sont bien reconnaissable, ils s'appelent Eug�ne Tatry et Jean Barrere. Ils ont �t� peint sur photos, car les deux amis �taient morts pour la France en 1914.

Assis, � droite, M.Cannelas qui n'avait pas l'usage de la vue. 

Le Cur� Gabarra est � l'extr�me gauche du coin de la prison.
 
L'ensemble des quatre fresques de Gaston G�libert, 1919, a �t� class� objet historique le 19 mai 1983.

 

Dans la chapelle de Saint Joseph, � gauche de l'autel,

la fresque, " le Mariage de la Sainte Vierge avec Saint Joseph" (1945)  peinte par Dillais,

Le Capbretonnais qui a pos� pour le portrait du grand pr�tre �tait le marin Etienne Hournadet, (dit Togo),dont la barbe assez hirsute avait ravi l'artiste. Sa fille Ang�le, apprenant que son p�re allait �tre "portraitur�", lui fit couper la barbe de fa�on plus pr�sentable, au grand d�sarroi de Dillais qui, heureusement, avait la m�moire des visages et a restitu� un magnifique grand-pr�tre.

Son �pouse, Mme Dillais a pos� pour la Vierge tandis que lui-m�me pr�tait ses traits � l'�poux, Saint-Joseph.

 

Dans le transept gauche, en hauteur :

                                                                                                                                                                         

 

 

 

  "Saint Nicolas sauve  de la temp�te un bateau portant une cargaison de bl� pour la ville de Myre".  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le choeur : Fresques de Jules Bertrand G�libert,  en hauteur :

 

 

 

 Deux fresques monumentales :

Dans le respect du patrimoine auquel �tait particuli�rement attach� l'abb� Gabarra, ces saints, v�n�r�s autrefois � la chapelle templi�re du Bouret, sont ainsi honor�s � nouveau.

St Jean Baptiste au d�sert

Ste Madeleine au d�sert.

 

Le chant des � Marins de Capbreton � est mis en sc�ne dans le triptyque du choeur de l'�glise, il est inscrit au bas des trois tableaux � l'huile sur toile.

                                                      

   

� d�bris du naufrage", de Jules G�libert : Apr�s la temp�te, on trouve sur la gr�ve des d�bris et un crane.

- � l'Attente �, de Jules G�libert : Sur la gr�ve, pr�s d'une croix, une m�re et son fils prient pour le retour des marins en d�tresse.

Ces deux panneaux sur toile ont �t� inscrits au titre des objets historiques le 19 mai 1983.

- � Notre Dame protectrice �, ou "La Vierge dominant la mer". Le tableau central de Francis Renaud. est d'autant plus remarquable qu'il est de facture r�cente. La ma�trise des mat�riaux est parfaite et le nuancier de la palette de l'artiste est, quatre vingt ans plus tard, exactement celui des fr�res G�libert.

 

Au dessus du transept droit :

- "La p�che miraculeuse". Encadrement peint de roseaux, �pousant la forme de l'arc bris�.

Peinture remarquable pour laquelle Jules G�libert racontait avec �motion la grande peur que ce travail lui avait occasionn�.

Ayant termin� son oeuvre et perch� sur son �chelle, il voulut prendre un peu de recul pour la regarder. L'�chelle se pencha en arri�re avec lui. Il recommandait son �me � Dieu, pensant sa derni�re heure arriv�e lorsque, miraculeusement disait-il et il y voyait une manifestation de son ange gardien, l'�chelle reprit sa place.

Cette fresque de 1893 est la derni�re oeuvre de Jules G�libert pour l'�glise de Capreton. Il pr�sente d�s lors � l'abb� Gabarra le peintre Claude Drouillard, form� � l'�cole de Puvis de Chavannes, pour prendre sa suite dans la d�coration du b�timent.

 Elle fut restaur�e en 1944 par M.Dillais.

Dans la nef, c�t� droit :

Un magnifique tableau � l'huile sur toile, de grandes dimensions, (6 m�tres de haut sur 5 m�tres de large) sc�ne de v�nerie peinte par Jules Gelibert en 1981 s'intitule "La Conversion de Saint-Hubert" class� objet historique en 1998. Jules G�libert �tait lui aussi un grand amateur de chasse � courre et il a su faire passer son �motion dans ce tableau. 

Pr�sent� au Salon des artistes fran�ais � Paris en 1893, cette oeuvre portait la mention :"L�gende de Saint Hubert, panneau d�coratif pour l'�glise de Capbreton. Hubert se prosterna et les chiens se couch�rent."

La meute de chiens de grande v�nerie est � l'arr�t devant le cerf qu'elle �tait en train de poursuivre. Entre les bois de celui-ci resplendit une �trange croix de lumi�re aveuglante. Ce cerf magnifique se tient face � la meute de chiens. 

Nous sommes dans un paysage d'automne aux couleurs chaudes mais le peintre se montre surtout animalier : chacun des chiens a une attitude particuli�re. La plupart d'entre eux s'asseoient ou se couchent au sol dans une attitude de soumission. Un des chiens se retire. D'autres se rapprochent de leurs ma�tres.

Le piqueur, un peu en retrait, tient les r�nes des deux chevaux qui se cabrent. Le personnage central, Saint Hubert s'est agenouill� dans une attitude de respect et baisse la t�te.

C'est ainsi que l'abb� Gabarra raconte la naissance de ce tableau : Un jour, visitant l'�glise avec le peintre il lui dit : "Voil�, vous voyez ce grand panneau, il est nu; Faites moi un tableau pour le garnir ", "Mais, M. le Cur�, vous n'y pensez pas. Je ne suis pas qualifi� pour cela. Demandez-moi de vous peindre des animaux, oui  mais pour des peintures d'�glise de cette taille je n'ai aucune comp�tence."

"Je vous r�p�te qu'il me faut un tableau pour ce panneau; d�brouillez vous , je vous fais confiance ! "

"Alors, M. le Cur�, trouvez-moi un sujet ".

Et l'abb� lui fit passer la l�gende de Saint Hubert, patron des chasseurs :

Saint Hubert n� au VII� si�cle, �tait un ardent chasseur, ami de la vie joyeuse. Alors qu'il courrait le cerf un beau dimanche dans la for�t d'Ardennes, au lieu d'assister � la messe, l'animal poursuivi se pr�cipite vers lui. Les chiens s'arr�tent devant l'animal qui porte dans ses bois un crucifix. On entend une voix s'adressant au chasseur effray� : "Hubert, Hubert, penses-tu au salut de ton �me ? ". Hubert se rel�ve, converti, il renonce au monde et devint �v�que de Maestricht.

Cette toile surmontait autrefois un autel na�f, dit "de Saint Hubert", en bois aux essences de la r�gion (pin et ch�ne li�ge), avec un immense gradin o� se c�l�brait la messe des chasseurs. L'autel fut supprim� en 1944 et remplac� par un confessionnal moderne.

Comme toujours les figurants � savoir les chiens et les chevaux �taient "bien de chez nous"
Le chasseur "Saint-Hubert" est un Miremont.

La famille Hourcade de Soorts, poss�dait le chien "Ramoneur" qui a servi de mod�le avec ses cong�n�res !


 

 

 

 

 

Dans la nef, c�t� droit


De Claude Drouillard :

"Le Christ en croix", peinture tr�s acad�mique de 1894. La croix est dress�e au sommet de la colline et le ciel s'est obscurci.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"J�sus marchant sur les eaux" . 

 

Pierre, commen�ant � s'enfoncer, cria "Seigneur, sauvez moi", et J�sus, tendant la main lui dit "Homme de peu de foi, pourquoi as-tu dout� ?"
 

 

 

 "Descente de croix et mise au tombeau" de Gaston G�libert

 

Dans l'ombre � droite, au pied de la croix, la vierge douloureuse soutenue par deux femmes contemple � ses pieds la couronne d'�pines. Au centre, l'ensevelissement du Christ par deux hommes, sous le contr�le d'un soldat romain. Au fond, le d�cor parfaitement reconstitu� de J�rusalem.

 Fresque inscrite au titre d'objet historique le 19 mai 1983.

 

 

Au fond de l'�glise : Une fresque monumentale (hauteur approximative : 10 m�tres)

"La fuite en Egypte", un chef-d'oeuvre que l'on a red�couvert au moment de la r�fection et du nettoyage des fresques. On y voit en particulier les animaux sauvages, lion ou crocodile que l' artiste a ressorti, pour la circonstance des  cartons d'�tudes du Jardin des Plantes � Paris de son fr�re Jules et delui-m�me. 

 

 

Sur cette fresque nocturne, Gaston G�libert s'est repr�sent� sous les traits de Saint Joseph. La Vierge est une de ses ni�ces Alice G�libert, qui �pousa Antonin Marmoujet, juge de paix.

 Inscrite au titre d'objet historique le 19 mai 1983.

 

 

 

 

 

 --------

AIDE-MEMOIRE CHRONOLOGIQUE DES PEINTRES DE L'EGLISE

Jules Bertrand GELIBERT de 1889 � 1893


1889 "Apr�s le naufrage". Dans le choeur .

1889 "L'attente". Dans le choeur.

1890 "anges et guirlandes de roses" dans la chapelle de St Joseph, � gauche du choeur. (disparus)

"La Foi" et l'"Esp�rance", (disparus)

"anges et guirlandes de roses" dans le choeur. (disparus)

"guirlandes de roses et cr�che" dans la chapelle de la Vierge. (disparus)

Ces oeuvres de 1890 ne sont plus visibles.

1891 "La conversion de Saint Hubert". Tableau dans le transept

1892 "J�sus calmant la temp�te". Dans le transept

1893 "Sainte Madeleine au d�sert". Dans le choeur

1893 "Saint Jean Baptiste au d�sert". Dans le choeur

1893 "La p�che miraculeuse". Derni�re oeuvre de Jules G�libert pour l'�glise de Capbreton.

G�libert, apr�s la p�che miraculeuse a pr�sent� DROUILLARD � l'abb� Gabarra.

 


Claude  DROUILLARD en 1894-1895

 

Peintre d'Anglet qui travailla aussi en 1890 � l'�glise de Pey : deux peintures murales 2m50 x 2m20."La mort de Saint Joseph" et en vis � vis "Vierge en majest� donnant un chapelet � St.Dominique".

en 1898 � l'�glise de Josse et vers la m�me �poque dans celle de Saubrigues: "le jugement dernier" (o� est repr�sent�, entre autres) St Vincent de Paul. 

1894 "Le Christ en croix". Drouillard. Dans la nef.

1894 "J�sus marchant sur les flots". Dans la nef.

Et le patron tut�laire des marins :

1895 "Saint Nicolas donnant une dot � trois jeunes filles pauvres". Dans la nef.

1895 "Saint Nicolas faisant aborder � Myre par temps de famine, un bateau charg� de bl�". Dans la nef.


Gaston GELIBERT de 1898 � 1919, jeune fr�re de Jules G�libert.


1898 "Un naufrage"

1916 "Liste des Capbretonnais morts pour la France". Sous le porche de l'�glise.

1919 "Descente de croix et mise au tombeau". Dans la nef.

1919 "La fuite en Egypte". Nocturne Dans le fond de l'�glise.

1919 "Sainte Catherine devant ses juges". Dans la nef.

1919 "Le martyre de Sainte Catherine". Dans le transept

1919 "Saint Sebastien �vang�lisant dans sa prison". Dans la nef.

1919 "Le martyre de Saint S�bastien". Dans la nef.

C'est lui aussi qui a peint le chemin de croix de l'�glise de CAPBRETON - sculpt� par Melle CHANTREL-, et qui a restaur� la peinture de la Pi�ta.

Marcel -Louis DILLAIS 1944-1945 (n� le 02.12.1890), armateur. Il assura aussi la d�coration de la chapelle de la plage. en 1952, avec son ami GORIN


1944 Restauration des fresques salp�tr�es.

1945 "Le mariage de Saint Joseph et de la Vierge Marie". Chapelle Saint-Joseph.


Francis RENAUD 1969


1969 "La Vierge prot�geant la mer". Dans le choeur, au centre du tryptique.

--------

 

NOTES SUR MARCEL DILLAIS


Marcel-Louis DILLAIS est n� le 02.12.1890 dans une famille qui poss�de de nombreuses propri�t�s dans l'industrie sid�rurgique lorraine. 

Pour l'�glise il a repeint les fresques salp�tr�es et peint la fresque du "Mariage de la Vierge".

Il a d�cor� en 1952 la chapelle de la plage, avec son ami M. Gorin (voir plus bas).

Il a d�cor� les couvertures du livret de l'abb� Tastet sur "l'Histoire de l'�glise de Capbreton"
et du bulletin paroissial mensuel "Nos Cloches", dont l'abb� Tapie continuera l'�dition .

 

L'ancienne �glise en 1815. A.M.Bellenguez

 

Abri du canot de sauvetage avec, dans la niche, la Pi�ta. Dessin de Dillais. ("Capbreton" de E.Tastet).

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La soeur de M.Dillais, Jacqueline, a �pous� le 26.05.1920 Andr� Fran�ois Poncet, ambassadeur de France en Allemagne.

 

CHAPELLE de la PLAGE

On refait enti�rement la toiture en 1947. Co�t 300.000 frs pour la paroisse (et cependant le bois est fourni par la mairie).

 

 


 

 Anne-Marie Bellenguez

 



  • Haut de page
  • Ajouter aux favoris
  • Gestion du site
  • Imprimer la page
  • Ecrire au webmaster
Tous droits réservés Cote Sud Memoire Vive ©2012

上車盤| 搵樓| 豪宅| 校網| 居屋| 貝沙灣| 美孚新邨| 嘉湖山莊| 太古城| 日出康城| 九龍站 | 沙田第一城| 樓市走勢| 青衣| 西半山| 西貢| 荃灣|

雪茄网购| 雪茄| 哈瓦那雪茄| 雪茄价格| 雪茄烟网购| 雪茄专卖店| 雪茄怎么抽| 雪茄烟| 雪茄吧| 陈年雪茄| 大卫杜夫雪茄| 保利华雪茄| 古巴雪茄品牌| 古巴雪茄| 古巴雪茄多少钱一只| 古巴雪茄专卖网| 烟斗烟丝| 小雪茄| 金特罗雪茄| 帕特加斯d4 | 蒙特雪茄| 罗密欧朱丽叶雪茄| 网上哪里可以买雪茄| 限量版雪茄| 雪茄专卖| 雪茄专卖网| 雪茄哪里买| 买雪茄去哪个网站| 推荐一个卖雪茄的网站| 雪茄烟| 古巴雪茄价格| 雪茄海淘| 雪茄网|

橫額| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 海報| 攤位| foamboard| 喜帖| 信封|

QR code scanner| SME IT| system integration| inventory management system| label printing| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| Denso| barcode| handheld| inventory management| warehouse management| stock taking| POS| Point of sale| Business service| Web Development| app development| mobile app development| handheld device| inventory management software| pos system| pos software| pos hardware| pos terminal| printer hong kong| receipt printer| thermal printer| thermal label printer| qr code scanner app| qr scanner app| online qr code scanner| qr code scanner online mobile| qr code scanner download| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management|

邮件营销| Email Marketing 電郵推廣| edm营销| edm| 营销软件| 推广软件| 邮件群发软件| 邮件群发| email marketing| direct marketing| email marketing software| email marketing service| email marketing tools| email mkt| remarketing| edm| edm marketing| email subscription| website subscription| email survey| email whitelist| sign up form| email subject line| subject line| email subject| best email subject lines| free email marketing| Mailchimp| Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| Aweber| 邮件主题怎么写| 邮件主题| 邮件模板| Maichimp| benchmark| SMS|

Tomtop| Online Einkaufen| online shop| Autozubehör| Bekleidung| Kopfhörer| badausstattung| Badmöbel| smartwatch günstig| Luftbefeuchter| lichtbox| Kosmetiktaschen| Make-Up Pinsel| Smartphones günstig| tablet günstig| Wanderstock| fahrrad maske| spielekonsole| spielkonsole| Geldbeutel| Gaming Kopfhörer|

electric bike| best electric bike| electric bikes for adults| e bike| pedal assist bike| electric bikes for sale| electric bike shop| electric tricycle| folding electric bike| mid drive electric bike| electric trike| electric mountain bike| electric bicycle| electric bike review| electric fat bike| fat tire electric bike| women's electric bike |

office| 地產代理| 辦公室| Property Agent| Hong Kong Office Rental| hong kong office| 物業投資| office building| Commercial Building| Grade A Office| 寫字樓| 商業大廈| 甲級寫字樓| 頂手| 租寫字樓| leasing| Rent Office| 地產新聞| office for sale|

school| international school of hong kong| international school| school in Hong Kong| primary school| elementary school| private school| UK school| british school| extracurricular activity| Hong Kong education| primary education| top schools in Hong Kong| Preparatory| best international schools hong kong| best primary schools in hong kong| primary school hong kong| private school hong kong| british international school| extra-curricular| school calendars| boarding school| school day| Bursary|

electric bike| Best smartwatch| Best Wilreless earphones|