cote sud memoire vive



� Emile AUBE : Une rue de Capbreton porte son nom �

 


 


PAUL ET �MILE AUB�

 

� Capbreton, � quelque deux cents pas du pont Lajus, dans l'avenue du Mar�chal de Lattre de Tassigny, autrefois appel�e route de l'Hospice parce qu'elle menait au Pr�ventorium, d�bouche la rue �mile Aub�. A l'angle de ces deux rues, la maison qui porte le num�ro 20 fut longtemps habit�e par deux fr�res, �mile Aub� ing�nieur et Paul Aub� artiste statuaire.

 Ils �taient issus d'une famille ais�e. Leur p�re, Jean-Baptiste-Isidor Aub� �tait maire de Herserange-Longlaville, canton de Longwy.

Grand industriel, ma�tre de forges, il dirigeait la Soci�t� des Mines, Forges et Hauts Fourneaux d'Herserange et Moulaine, dans la Moselle, dite � Aub�-Tronchon �.

Pourtant, lorsque la concurrence des fers et minerais venus de Su�de � meilleur march�, s'intensifie, Jean-Baptiste-Isidor Aub� se trouve ruin� (comme beaucoup de ma�tres de forges � la m�me �poque). En 1854 il doit c�der ses biens, part � Verdun, puis � Paris au faubourg Montmartre.


 D'un premier mariage avec Ursule Mayer il aura un fils, d�c�d� jeune semble-t-il, et sera  veuf en 1833.


 Son remariage avec Marie-Olympe-Eulalie Ancelot, elle aussi de Longwy, fille de Louis-Xavier et de Marie-Joseph-Fran�ois, lui donnera 3 enfants : L�ontine-Laure-Ad�le Aub�, n�e le 14.05.1836 � Longwy et deux gar�ons.

 

- Paul Aub� (1837-1916)


 L'a�n� des gar�ons, Jean-Paul, dit Paul, n� � Longwy le 3 juillet 1837 sera un sculpteur c�l�bre.
 Il raconte dans ses m�moires in�dites sa vocation pr�coce lorsque, vers onze ans, ses parents le trouvent martelant et taillant � m�me la pierre le balcon familial ! On d�cide d'endiguer ses ardeurs de � destruction �, et il est dirig� � 14 ans vers l'�cole de Dessin dite � la Petite �cole � de Jean-Hilaire Belloc. Cette � Petite �cole � prit plus tard le nom d'�cole des Arts D�coratifs, et le professeur de modelage de l'�poque n'�tait autre que Jean-Baptiste Carpeaux.

 


 Paul Aub� s'y retrouve sur le m�me banc que le sculpteur Jules Dalou et le peintre Fantin-Latour. Tous trois entrent ensuite � l'�cole des Beaux-Arts dont le directeur est L�on Bonnat, de Bayonne. Ils y retrouvent Jean-Baptiste Carpeaux qui enseigne avec Alexandre Falgui�re (plus tard ma�tre et grand ami du sculpteur d'Astani�res), Horace Vernet, David d'Angers, le peintre Duret, journaliste critique d'art et Dantan l'A�n�. Le professeur d'histoire de l'art n'est autre que Viollet-le-Duc. Dans cette p�pini�re de talents, Aub� tiendra une place incontest�e.

 

 Son premier succ�s se situe en 1861 avec une commande du buste de Prosper M�rim�e par le Minist�re de l'Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts, pourl'Institut. Ce buste fut r�alis� en marbre dans l'atelier de son ami Cagnotte, ancien prix de Rome. Pour peaufiner son art il se rendra ensuite en Italie en 1866 en vue d'�tudier la sculpture d�corative avec Carpeaux et Falgui�re.

 � leur retour, la proclamation de la Troisi�me R�publique a g�n�r� un mouvement de commandes officielles d�di�es au nouveau r�gime.

 

 L'administration des Beaux-Arts lui commande un buste destin� � la biblioth�que de l'Acad�mie Fran�aise. Il r�alise un � Monument � Gambetta � d'une hauteur de 27 m�tres, pour la place du Carrousel. ?uvre majeure dont la maquette est encore au mus�e d'Orsay et qui lui vaut la L�gion d'honneur. Pour le Louvre il sculpta aussi des statues d�di�es aux gloires de la France, plac�es � chaque coin de la Cour Napol�on.

 
 Lorsque Aub� expose � Paris un groupe en pl�tre, � La Sir�ne �, au Salon de 1874, il obtient une m�daille de 2�me classe. L'ann�e suivante, l'�tat passe commande de ce groupe, en bronze cette fois, pour d�corer la promenade du Peyrou � Montpellier.
 En 1876, la statue de � Pygmalion � rapporte � son auteur une m�daille. Pr�sent�e de nouveau � l'Exposition Universelle de 1878, elle re�oit une autre m�daille. En m�me temps, � La Sir�ne � et le buste du � Comte Sim�on � sont achet�s pour la biblioth�que du Conseil d'�tat.


� l'Exposition Universelle de 1889, il obtient une m�daille d'or, un grand prix � celle de 1900.
 Aub� deviendra professeur de sculpture � l'�cole Normale des Beaux-Arts en 1883, puis directeur de � l'�cole Municipale Bernard Palissy � d�s 1896.
 Une �tude de J.-M. Deliste nous cite de nombreuses ?uvres d'Aub� dont :
 1888, au Louvre, dans le jardin de l'Infante, un groupe de marbre : � Le peintre Fran�ois Boucher �. La maquette en pl�tre se trouve � Longwy.
 1891, une statue du Lieutenant de vaisseau � Borda � est �rig�e pour la ville de Dax,
 1892, � Meaux, une statue du � G�n�ral Raoult �,

Bailly au serment du jeu de Paume, par Paul Aub�.

 

 

 1892, � Royan, � l'entr�e du boulevard Lessore et du quai du Port : � Eug�ne Pelletan �,

1893, aux Gobelins, une statue de � Colbert �,

1894, � Saint-Quentin, � le Commandant Framond �,

1894, � Bruville (Meurthe-et-Moselle), un monument �lev�

                                         Projet statue de Borda pour   la ville  de  Dax et sa r�alisation en bronze :

                                       

 

 

 

 par la Soci�t� du �Souvenir fran�ais � � la m�moire des Soldats tu�s � la bataille de Mars-l�s-Tours, le 16 ao�t 1870,

1910, Groupe de � L�da �,
Un � Dante � se trouve toujours au Coll�ge de France,
� Shakespeare � et � le G�n�ral Joubert � Rivoli �, une � Glorification de la Charit� � pour le fronton de l'h�tel de la Charit�, rue Pierre Charron � Paris ; il y aurait encore une ?uvre � l'H�tel de Ville de Paris.

� Longwy, la maquette en pl�tre d'un � Bailly au serment du Jeu de Paume �. La statue de bronze se trouva devant le Palais du Luxembourg jusqu'en 1940. Il n'en reste plus que la maquette en pl�tre qui se trouve au mus�e de Longwy. Elle fut fondue par les Allemands, comme la plus grande partie des ?uvres en bronze, victimes de la r�cup�ration des m�taux pendant l'Occupation.

Paul Aub� eut pour premi�re �pouse Marie Hansel, qui meurt jeune, en couches.
En 1866 il �pouse Louise Guichard, pianiste, de Rouen, le couple aura trois enfants :
H�l�ne (n�e le 22.07.1867) servit de mod�le � son p�re pour une statue de la Libert� qui se trouve au Mus�e de Longwy, Emile (1872), mort � 20 ans, Marcelle (1878) �crivit une biographie de son p�re.

 Le couple Aub� �tait tr�s intime de Gauguin.

 

Paul Aub� et son fils, par Paul Gauguin.

 On peut voir au Mus�e du Petit-Palais � Paris une peinture � l'huile repr�sentant Paul Aub� modelant une figurine et une autre de son fils �mile s'appliquant � ses devoirs. Elles furent r�alis�es par Paul Gauguin en 1882, ann�e o�, licenci� de son emploi d'agent de change, il vient se r�fugier chez les Aub� avec son fils. Gauguin reviendra souvent chez ses amis, au gr� de sa fantaisie ou de ses d�boires.

 

 

Rodin, Sauvage, Bartholom� font aussi partie des amis d'Aub� ainsi que Hiolle qui a fait de lui un m�daillon en bronze 'ci-contre). Falgui�re, rest� tr�s proche, est parrain d'un des petits-fils de Paul Aub�, le fils d'H�l�ne. Il r�alisa lui-aussi deux portraits de son ami.

(Rappelons que Falgui�res a �t� �galement le ma�tre et l'ami intime du sculpteur Cl�ment d'Astani�res, � qui Capbreton doit tant d'oeuvres d'art.)

 

 

 

 

 

 

 

Paul Aub� a d�couvert Capbreton gr�ce � son fr�re �mile, et s'y est profond�ment attach�.

En 1913, en vue d'embellir sa ville d'adoption, Jean-Paul Aub� propose � la municipalit� de lui offrir le buste en bronze d'une � Landaise � la cruche � destin�e � � perp�tuer une coutume charmante tendant de plus en plus � dispara�tre et (qui) devait constituer un tr�s artistique motif de d�coration du terre-plein situ� � l'ouest du clocher �. Il demande seulement � la municipalit� la prise en charge des frais n�cessit�s par le coulage du bronze et le socle qui l'aurait support�.

 Mais ses interlocuteurs sont visiblement bien peu ouverts � l'art et � la beaut�. En effet, non contente d'avoir abattu les platanes de la place de la Mairie, la municipalit� a entrepris d'araser la plus ancienne b�tisse de Capbreton, t�moignage d'un haut lieu historique, les vestiges d'une commanderie dite � des Templiers �? Cette m�me municipalit� juge que l'objet mobilier "Pieta", groupe de bois conserv� � l'abri du canot de sauvetage, ne para�t pas avoir un int�r�t historique ou une valeur artistique suffisamment d�montr�s.

 Ce sera pour l'artiste une forte d�ception de voir d�cliner son offre  :

 

 

"Vu le peu d'�lasticit� actuelle du budget communal, vu l'urgence des travaux du port, le Conseil se trouve � regret dans la n�cessit� de refuser cette offre et charge M. le Maire de vouloir �tre l'interpr�te de ses bien sinc�res regrets et de vouloir le remercier vivement de ses g�n�reuses bont�s."

 Cet artiste de renom, universellement appr�ci�, passionn� par son art, mourra trois ans plus tard en 1916 � Capbreton, d��u par ses concitoyens.

 Retenons le jugement qu'en fera en novembre 1979 Jacques Peiffer, conservateur du Mus�e de Longwy qui a consacr� une exposition � ses ?uvres :

� Aub�, statuaire impr�gn� d'une vision sereine, r�alise ses mod�les avec une grande sensibilit� de touche et mod�le ses ?uvres autant par la lumi�re que par la mati�re. �

 

 Landaise � la cruche : Marguerite Lab�que, demoiselle de compagnie � qui Paul Aub� a fait d�couvrir Capbreton, lors de ses vacances.

 

 

- �mile Aub� (1838-1931)

 

�mile Aub�, son cadet d'un an, est lui aussi n� � Longwy, le 7 octobre 1838.

 

                                                                                Emile Aub� � 4 ans

Apr�s de brillantes �tudes � l'�cole Polytechnique, il entre � l'�cole des Ponts et Chauss�es de Paris. Son condisciple Sadi Carnot, avec lequel il entretiendra toujours une riche amiti�, devint ministre des Travaux Publics puis pr�sident de la R�publique.
Affect� d'abord � Mont-de-Marsan, puis � Dax, Ajaccio, Bayonne et enfin � Nice, Aub�, technicien �m�rite, r�alise beaucoup de travaux :

- � Dax, il parvient � prot�ger la Fontaine-Chaude, victime d'une forte inondation  en 1879, par un syst�me de canalisations de son invention. Cet exploit lui vaut, l'ann�e suivante, le titre de chevalier de la L�gion d'honneur et, pendant un temps, un quai de Dax s'appellera � quai Aub� �.

- � Nice, qui sera longtemps son pied-�-terre, il capte les sources dites � du Loup � pour l'adduction d'eau de la ville. Souvent choisi comme expert ou arbitre pour trancher entre l'�tat et certaines communes des litiges parfois centenaires, il sera appel� � pr�sider une commission municipale apr�s la dissolution du conseil municipal ni�ois.

 - � Saubusse, charg� de la construction du pont � la demande de Mme Desjobert, g�n�reuse fondatrice, il re�oit de la donatrice � deux cents mille francs de gratification qu'il refuse d'abord et n'acceptera que pour les consacrer � des ?uvres de bienfaisance �.

- � Biarritz, il dirige la construction de la passerelle de � La Vierge du rocher �.

- � Capbreton, o� son souvenir est rest� vivace gr�ce � la rue qui porte son nom, il vient d'abord pour mener � bien les travaux d'am�nagements du port, de la jet�e et de l'Estacade, ordonn�s et financ�s par l'empereur Napol�on III et pour organiser le creusement du canal reliant l'�tang de Hossegor � la mer. En 1886 il apporte une r�vision � une notice sur Capbreton r�dig�e par Daguenet, ing�nieur des Ponts et Chauss�es.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Document sous la dict�e de M.Aub�, ing�nieur  : estacade et travaux du port

(Mairie de Capbreton)

On utilise pour la premi�re fois des blocs artificiels fabriqu�s � la chaux de Teil (Usines Pavin de Lafargue dans l'Ard�che) m�lang�e � du sable ou du gravier de mer, comme on commence � le faire pour certains travaux hydrauliques du littoral des Landes. Une quarantaine d'ann�es plus tard, lorsqu'on m�ne une enqu�te pour juger de la r�sistance du mat�riau, on ne trouvera sur ces blocs aucune trace d'alt�ration ou de d�composition.
 Les travaux capbretonnais vont durer quelques ann�es et pour mener � bien son �tude, Aub� s'entoure des avis locaux et ll travaille en grande sympathie avec F�lix Dub�arn�s, ing�nieur.

 

Aub�, esprit inventif et curieux, a eu l'heureuse fortune de faire une d�couverte l'historique qui �claire l'histoire de notre r�gion. En 1876, en effet, il d�couvre � cent m�tres du lac de Hossegor, vers le Nord-Est, au lieu dit Tchatchic et au fond d'un puits construit en moellons joints au ciment de mortier, deux amphores gallo-romaines. Aub� est membre fondateur de la Soci�t� de Borda � Dax, il en appelle donc � ses coll�gues. Ceux-ci concluent que l'existence du puits est � peu pr�s contemporaine de celle des vases d�couverts et que notre r�gion �tait effectivement habit�e du temps des Romains.

 En 1887, il va r�aliser un emplacement de villas en front de mer dans un quartier dit � de la Plage � o� l'on d�sire favoriser une implantation de pins. Ce projet d'am�nager le bord de mer date des visites de l'empereur Napol�on III. Les lotissements pr�vus portaient le nom de � Hameau du Prince Imp�rial �. La route de la Plage avait �t� baptis�e � Avenue Napol�on III � et elle �tait continu�e par � l'Avenue de l'Imp�ratrice �.

 Emile Aub� est d�sireux de se procurer un terrain � Capbreton, proche du pont Lajus, si possible. C'est tout naturellement � F�lix Dub�arn�s qu'il fait part de ses projets afin que, sur place, celui-ci fasse les recherches pour d�couvrir un terrain ou une

Emile Aub�

petite maison, et cela donne lieu � de fr�quents �changes �pistolaires. F�lix Dub�arn�s fait toutes les recherches possibles : vignes perdues, enclos, concessions, dunes. Mais les Capbretonnais sont peu raisonnables, comme en t�moigne un courrier de F�lix Dub�arn�s, parmi d'autres du m�me ton :
 
J'ai parl� � l'int�ress� qui, comptant sans doute sur la construction du canal des Deux Mers ou la r�alisation de projets chim�riques, tient � conserver sa concession.

En la personne de son maire, Anatole de Saint-Martin, la municipalit� passe de nouveau accord avec �mile Aub�, alors qu'il est en poste � Bayonne, pour r�aliser le premier lotissement en front de mer. Ce quartier, dit � de la Plage �, sera �difi� sur des terrains c�d�s � la commune de Capbreton par les Domaines.
 F�lix Dub�arn�s lui loue une maison, la � villa Hortense-Louis � (� la villa Ma�na �) , qu'il vient d'acqu�rir de Despetits. Finalement, �mile Aub� l'ach�tera et l'agrandira l�g�rement.

Maison Aub� par Paul Aub�.
 

Son �pouse, Jos�phine Dorion, que tous ses amis appellent Jos�phe, originaire de Longwy, modiste � Paris, vraie Mimi-Pinson gaie et pleine d'esprit, malheureusement touch�e par la tuberculose, a beaucoup d�sir� se fixer � Capbreton car le climat lui convient. Elle n'a jamais eu d'enfant et ce fut la grande tristesse de sa vie. Tr�s attach�e � une jeune s?ur qu'elle adorait et qui est morte jeune, elle cherche � en �voquer le souvenir et �mile Aub� faisait tourner les tables avec son �pouse. Leur famille a �t� nourrie dans cette ambiance et conserve encore des lettres �crites � sous dict�e hypnotique �. Nous sommes � l'�poque o� Victor-Hugo et sa famille faisaient, eux aussi, appel aux tables tournantes pour entrer en contact avec L�opoldine, leur fille disparue � Villequier.

On ne peut passer sous silence la cheville ouvri�re de la maison, Mathilde Laborde, �pouse d'un marin au long cours, entr�e � vingt ans au service des Aub�. Elle a r�gn� en ma�tresse femme sur les pots de confiture et les confits de canard, mais surtout elle a prodigu� des soins d�vou�s � sa ma�tresse, morte de consomption le 17 mars 1904. On s'amusait de ce que son marin-p�cheur de mari, pr�cautionneux, ne manquait jamais, lorsqu'il partait pour deux ou trois mois, d'emmener dans ses bagages la robe des dimanches de son �pouse, afin d'�viter toute tentation inutile ! Etait-ce une habitude chez nos marins ?
�mile Aub� a fait venir pr�s de lui sa m�re, et Paul les rejoignit mais apr�s leur d�c�s il se retrouve seul. C'est en mars 1931 qu'il d�c�de � son tour, � quatre-vingt-treize ans. � sa demande, l'inhumation se fera sans fleurs ni couronnes.
 Son oraison fun�bre rappelle ses titres : doyen de � l'union fraternelle capbretonnaise des retrait�s civils et militaires �, membre du � Secours mutuel St-Nicolas �, du Syndicat d'Initiative, de l'Union catholique des Landes, membre du Touring-Club de France, etc. Et, de fait, il s?est tout � fait int�gr� aux activit�s de Capbreton.

Quelques dates le rappellent :
- le 9 septembre 1905 il assiste � un concert de Francis Plant� dans la salle de l'�cole priv�e des gar�ons de la route de B�nesse ;
- le 11 octobre de la m�me ann�e, c'est lui qui accompagne le ministre de la Marine dans sa visite du port. Il lui donne, ainsi qu'� M.L�glise, d�put�, toutes les explications techniques ;
- en 1907 il fait partie des notabilit�s qui signeront le Registre des d�lib�rations de la commune lors de l'inauguration de la nouvelle mairie de Capbreton ?

 Lorsqu'il dispara�t, on en parle comme d'un homme de haute distinction, d'une parfaite urbanit� et d'une intelligence sup�rieure, bon jusqu'� l'exc�s et tr�s serviable. � Nombreux sont ceux qui lui furent oblig�s et qui garderont de lui un souvenir durable que perp�tuera, d'ailleurs, la rue qui porte son nom � c�t� de sa villa. �

 

En cl�ture de cet essai de biographie familiale, on peut s'amuser, comme le faisaient les fr�res Aub�, � compter les ann�es qui les s�paraient de la naissance de leur p�re, sous Louis XVI. Par lui, ils �taient d�positaires de souvenirs de l'Ancien r�gime, d'anecdotes in�dites transmises oralement, et tous deux se faisaient un plaisir de les raconter en soulignant leur anachronisme. De fait, on va constater au d�c�s d'�mile Aub� que son p�re �tait n� cent- quarante-neuf ans plus t�t.

 Les fr�res Aub� �tant issus d'un second mariage, leur p�re avait cinquante-cinq ans � la naissance de Paul et cinquante-cinq � celle d'�mile. Celui-ci ayant v�cu quatre-vingt-treize ans, cela fait bien cent quarante-neuf ans de d�calage.

 

 

 

 

 

 

 

Anne-Marie Bellenguez
11.02.2002

J'adresse mes plus vifs remerciements � Mme Henry, descendante de la famille Aub�. qui m'a ouvert largement ses archives familiales. 

Mes remerciements aussi � Melle Bardiau, fille de Marguerite Lab�que, pour son aimable accueil et les pr�cieux renseignements qu'elle m'a transmis. 

--------

 



  • Haut de page
  • Ajouter aux favoris
  • Gestion du site
  • Imprimer la page
  • Ecrire au webmaster
Tous droits réservés Cote Sud Memoire Vive ©2012

上車盤| 搵樓| 豪宅| 校網| 居屋| 貝沙灣| 美孚新邨| 嘉湖山莊| 太古城| 日出康城| 九龍站 | 沙田第一城| 樓市走勢| 青衣| 西半山| 西貢| 荃灣|

雪茄网购| 雪茄| 哈瓦那雪茄| 雪茄价格| 雪茄烟网购| 雪茄专卖店| 雪茄怎么抽| 雪茄烟| 雪茄吧| 陈年雪茄| 大卫杜夫雪茄| 保利华雪茄| 古巴雪茄品牌| 古巴雪茄| 古巴雪茄多少钱一只| 古巴雪茄专卖网| 烟斗烟丝| 小雪茄| 金特罗雪茄| 帕特加斯d4 | 蒙特雪茄| 罗密欧朱丽叶雪茄| 网上哪里可以买雪茄| 限量版雪茄| 雪茄专卖| 雪茄专卖网| 雪茄哪里买| 买雪茄去哪个网站| 推荐一个卖雪茄的网站| 雪茄烟| 古巴雪茄价格| 雪茄海淘| 雪茄网|

橫額| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 海報| 攤位| foamboard| 喜帖| 信封|

QR code scanner| SME IT| system integration| inventory management system| label printing| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| Denso| barcode| handheld| inventory management| warehouse management| stock taking| POS| Point of sale| Business service| Web Development| app development| mobile app development| handheld device| inventory management software| pos system| pos software| pos hardware| pos terminal| printer hong kong| receipt printer| thermal printer| thermal label printer| qr code scanner app| qr scanner app| online qr code scanner| qr code scanner online mobile| qr code scanner download| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management|

邮件营销| Email Marketing 電郵推廣| edm营销| edm| 营销软件| 推广软件| 邮件群发软件| 邮件群发| email marketing| direct marketing| email marketing software| email marketing service| email marketing tools| email mkt| remarketing| edm| edm marketing| email subscription| website subscription| email survey| email whitelist| sign up form| email subject line| subject line| email subject| best email subject lines| free email marketing| Mailchimp| Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| Aweber| 邮件主题怎么写| 邮件主题| 邮件模板| Maichimp| benchmark| SMS|

Tomtop| Online Einkaufen| online shop| Autozubehör| Bekleidung| Kopfhörer| badausstattung| Badmöbel| smartwatch günstig| Luftbefeuchter| lichtbox| Kosmetiktaschen| Make-Up Pinsel| Smartphones günstig| tablet günstig| Wanderstock| fahrrad maske| spielekonsole| spielkonsole| Geldbeutel| Gaming Kopfhörer|

electric bike| best electric bike| electric bikes for adults| e bike| pedal assist bike| electric bikes for sale| electric bike shop| electric tricycle| folding electric bike| mid drive electric bike| electric trike| electric mountain bike| electric bicycle| electric bike review| electric fat bike| fat tire electric bike| women's electric bike |

office| 地產代理| 辦公室| Property Agent| Hong Kong Office Rental| hong kong office| 物業投資| office building| Commercial Building| Grade A Office| 寫字樓| 商業大廈| 甲級寫字樓| 頂手| 租寫字樓| leasing| Rent Office| 地產新聞| office for sale|

school| international school of hong kong| international school| school in Hong Kong| primary school| elementary school| private school| UK school| british school| extracurricular activity| Hong Kong education| primary education| top schools in Hong Kong| Preparatory| best international schools hong kong| best primary schools in hong kong| primary school hong kong| private school hong kong| british international school| extra-curricular| school calendars| boarding school| school day| Bursary|

electric bike| Best smartwatch| Best Wilreless earphones|